Le colloque intitulé « Accord, non accord et …désaccord » est le 31° colloque organisé annuellement par l’association CerLiCO, qui regroupe des linguistes exerçant dans les universités de l’Ouest et du Sud-ouest de la France.

Le terme d’accord apparu tardivement dans la tradition grammaticale sert aussi bien à désigner des phénomènes de complémentarité que d’accord à proprement parler. On peut alors supposer que cette dualité a servi au déploiement de la notion qui se trouve rattachée parfois à la congruence (katellètotès d’Apollonius Dyscole), à la concordance dans la tradition humaniste, ou chez Du Marsais (art. « Concordance », Encyclopédie), ou à la convenance dans la grammaire de Port Royal. Ainsi peut-on trouver associées dans des descriptions plus récentes les notions d’accord casuel, déclinaison, accord des temps, inflexion, pour n’en citer que quelques unes.

Le thème envisagé se situe dans le prolongement d’un premier colloque qui s’est déroulé à Nantes en 2016 où ont été développés essentiellement les aspects morphosyntaxiques de la problématique de l’accord. Le colloque de 2017 souhaite aller au-delà des phénomènes morphosyntaxiques traités l’année précédente et propose d’aborder les aspects discursifs et pragmatiques de la question de l’accord et du désaccord, en relation avec les unités morphosyntaxiques. On se demandera si le désaccord est un refus d’accord, un manque d’accord, le simple « contraire » de l’accord ou encore une construction sémantico-pragmatique spécifique. On s’interrogera sur les processus langagiers et cognitifs à l’œuvre dans l’expression de l’accord et du désaccord : l’accord, dans une vision collaborative, est-il un alignement de points de vue ou non, et le désaccord peut-il être vu comme une simple « dissonance » ?

Les communications présentées au colloque intègrent des approches monolingues ou plurilingues s’appuyant sur différents types de corpus (écrit, oral et/ou multimodal) et traitant des marqueurs dialogiques et interlocutifs d’affirmation (okay, right, uh-uh, oui, voilà, c’est ça, vale, si, d’acuerdo), de refus (no, non, non non) et/ou de contradiction (but, yet, mais, mais oui, ben si, si si, tu parles), mais seront également présentées des études incluant des traits prosodiques et non verbaux.